Actualités

La conception à l'aune de l'économie collaborative
Tendances métiers - 27/05/2013

Inutile d'expliquer que nous évoluons actuellement dans une époque spéciale quand on parle de création. En effet, bon nombre de solutions que nous utilisons aujourd'hui pour créer n'existaient pas encore il y a peu, et il n'est pas exclu que nous passions à une autre alternative si d'aventure on nous proposait mieux. Voici donc un tour d'horizon de quelques ressources ou initiatives qui ont retenu notre attention.

Conception collaborative

De nouvelles sources d’inspiration

Force est de constater que nous sommes beaucoup à avoir adopté (parfois un peu trop?) le réflexe d’interroger internet quand il s’agit de se nourrir de l’air du temps.

Ce média offre en effet, notamment, un accès inédit à ses pairs (le fameux "peer to peer"), c’est-à-dire à la possibilité d’identifier des points de rendez-vous relatifs à nos centres d’intérêts, aussi pointus soient-ils. A titre d'exemple, nous pouvons citer le réseau social Pinterest, qui illustre très bien la manière dont quelques passionnés partagent avec tout un chacun le fruit de leurs recherches ou découvertes, au coin de la rue ou à l’autre bout du monde (cf. par exemple notre sélection "Inspirations").

Le plus important restera sans doute d’en avoir une utilisation raisonnable (pour en tirer le meilleur parti) et ainsi de ne pas mettre en péril notre vie sociale traditionnelle (quitter son écran et savoir se nourrir de son environnement quotidien restent les meilleures habitudes à conserver et cultiver).

Inventer de nouvelles solutions collaboratives

Il n’aura pas fallu bien longtemps pour que le modèle de fonctionnement collaboratif s’étende à l’ensemble du processus de production. D’abord cantonné à l’élaboration de logiciels informatiques, plus aucun type de produits ou de services n’est maintenant épargné par cette dynamique du partage: on parle même d’économie collaborative.

Le mot d’ordre est ici "ouverture": communiquer ses résultats permet à tous de s’approprier localement des projets adaptés à ses propres recherches de solutions. Là encore, on y collabore (de manière simple et efficace) pour fédérer des contributeurs parfois éparpillés aux 4 coins du monde et qui montent en équipe plans, méthodes et même financements (voir par exemple le site KissKissBankBank).

L’exemple le plus connu est certainement Wikipédia, mais ce modèle de fonctionnement s’étend désormais à tous les domaines: les exemples ne manquent pas et sont parfois très étonnants comme la WikiSpeed (projet de voiture éco-conçue qui fédére pas moins de 150 contributeurs bénévoles répartis dans 18 pays différents) ou encore Copenhagen Suborbitals (club d’ingénieurs qui a pour projet d’envoyer le premier danois dans l’espace).

L’économie du "nous"

Plus proche de notre quotidien, Instructibles se veut lui le Wikipédia du "fait maison". Il confirme que la qualité première de cette nouvelle économie du partage réside d’abord dans l’émulation des idées et l’échange de compétences: reste à étudier la qualité des liens qui se tissent entre les parties prenantes (en moyenne, une seule personne met en ligne un projet quand une centaine en profite) et surtout les possibilités d’équilibres financiers, qui s’avèrent la plupart du temps très épineux à trouver.

Pour conclure, nous vous invitons à vous pencher sur la présentation vidéo de Bright Sparks (voir ci-dessous), qui tient les promesses de la quadrature de ce type de concept avec une proposition mariant ingénieusement service municipal de tri sélectif, atelier d’initiation jeunesse à l’électronique et laboratoire local et populaire de design. Ce reportage vous permettra en effet de découvrir comment on peut faire d’une obligation (recycler les déchets issus de l’électroménager) un formidable outil de créativité ainsi qu’un catalyseur pour que les citoyens s’équipent à moindre coût et se réapproprient de manière innovante les technologies qu’ils utilisent au quotidien.

Catégories :

 est un établissement privé d’enseignement à distance, soumis au contrôle pédagogique de l’Etat.